Nièvre (58): Deux associations pour venir en aide aux agriculteurs fragiles

Agir agri 58

Les démarches sont originales et complémentaires mais trouvent l’inspiration différemment. Deux associations viennent de voir le jour dans la Nièvre pour venir en aide aux agriculteurs fragiles.

AGIR AGRI 58, d’abord, est une association inter-organisations professionnelles agricoles (Chambre d’agriculture, syndicalisme majoritaire et Coordination rurale, MSA, Groupama, marchés au cadran, Crédit agricole Centre Loire, coopératives…) qui vise à détecter et sortir de l’ornière des exploitants confrontés à des difficultés d’ordre technique, social, économique et surtout humain, qui se traduisent toujours par des difficultés financières. Chaque OPA membre propose un contact, en son sein, auprès de référents dédiés qui détectent et orientent les agriculteurs concernés. L’idée est de les aider et de rebondir, tant que cela est encore possible, par des rendez-vous individuels et gratuits puis un plan d’action, avant une table ronde avec ces mêmes OPA et d’éventuels autres intervenants. Le fil conducteur d’AGIR AGRI 58 est la solidarité, valeur essentielle et traditionnelle dans les campagnes, au-delà des relations commerciales, d’adhésion ou de cotisation auxquelles les exploitants sont de plus en plus confrontés. Le président de la nouvelle structure n’est autre que le président de la FDSEA58, Stéphane Aurousseau, qui mobilise les OPA nivernaises depuis plus de six mois sur ce dossier.

Deuxième association récemment créée, l’Association d’aide au monde rural de la Nièvre (AMR 58) est le fruit d’un groupe d’une vingtaine d’agriculteurs ayant eu des procédures judiciaires en cours ces dernières années. En novembre 2015, ces Agridifs se sont vu refuser l’octroi de l’Apport de trésorerie remboursable (ATR) par la DDT de la Nièvre et ont donc décidé de se revoir très vite pour se défendre. Voulue comme asyndicale et apolitique, la structure vise elle aussi à éviter le pire aux exploitants empêtrés dans leurs difficultés (les aléas économiques, climatiques et sanitaires de 2015 n’ont rien arrangé!) et leur faire prendre conscience que le véritable échec sont les solutions extrêmes, pas d’appeler au secours. L’AMR58, qui a tenu une réunion de présentation le 13 février dernier à Saint-Jean-aux-Amognes, a reçu 35 adhésions en quelques semaines, de la Nièvre, de Bourgogne mais aussi de toute la France, au grand étonnement de sa fougueuse secrétaire, Sandrine Richard. A tel point que cette association par et pour les Agridifs envisage de tenir une AG extraordinaire d’ici deux mois afin de changer son nom de AMR 58 en AMR France.

L’agriculture nivernaise qui compte pour plus de 6% du volume d’actifs dans le département (le double de la moyenne nationale) est aussi celle qui repose le plus, dans la région Bourgogne, sur deux activités dominantes, l’élevage charolais et les grandes cultures (hormis la viticulture et la production de sapins de Noël), considérées trop souvent comme du simple « minerai » et faisant l’objet des pratiques commerciales douteuses de l’aval des filières. Elle fait face, comme dans d’autres départements, à une crise durable et structurelle…

Emmanuel Coulombeix

About the Author

E.C.
Journaliste dans un hebdomadaire agricole et rural en Bourgogne, Emmanuel Coulombeix est passé par de multiples rédactions du même type, depuis 1991, en Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de la Loire et Paris. Diplômé de l'IPJ Paris et du CFPJ, il a exercé ses talents dans différents types de presse et de supports.

Be the first to comment on "Nièvre (58): Deux associations pour venir en aide aux agriculteurs fragiles"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*