Mairies rurales: l’internet communal 3.0

Capture d’écran 2016-03-03 à 16.23.35

Bruno Bethenod est le maire de la commune d’Arceau, 820 habitants, en Côte d’Or. Depuis 5 ans, il a été un des premiers édiles à souscrire un contrat, sur le site campagnol.fr de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), afin de disposer d’un site internet municipal (arceau.fr) à moindres frais. « Je suis très satisfait de le simplicité d’utilisation et la façon de dérouler les menus est tout à fait adaptée à ce que recherchent les administrés et les visiteurs du site » estime-t-il. Que l’on recherche des photos de la commune, des informations sur les associations, les compte-rendus des conseils municipaux, « le menu est convivial et facile d’utilisation »!

Comme le 1er magistrat d’Arceau, près de 700 communes de France ont adopté la réalisation de leurs sites par l’AMRF depuis six ans, selon Cédric Szabo, son directeur. L’ergonomie de l’application alliée à un coût très faible, pour ce genre de prestations, arrive à convaincre de nombreux élus, et particulièrement dans le monde rural où les municipalités ne disposent pas de budgets illimités. « Le prix est abordable puisque l’abonnement auprès de campagnol.fr revient à 180 euros TTC par an » révèle Bruno Bethenod. L’élu Côte d’Orien se fait facilement prescripteur de la formule auprès de ses collègues du département: « plusieurs communes qui ont prévu de créer un site ou de le refaire m’ont signalé que, de toutes les offres qu’ils avaient évaluées, c’est celle qui correspond le mieux à leurs attentes ».

Un site municipal, comme n’importe quel site internet, doit toutefois répondre à quelques contraintes, notamment l’obligation de le réactualiser régulièrement pour les habitants de la commune… « Cela prend du temps et il ne faut pas traîner durant six mois après un conseil » admet le maire d’Arceau. Du coup, faute d’élu disposant de temps et d’appétence assez grande pour le numérique, la commune a trouvé une solution très originale: « c’est un citoyen d’Arceau qui met le site à jour au moins une fois par trimestre. Il contacte la mairie, les associations… pour obtenir les informations et les rentre ensuite dans l’application ». Tel un vrai webmaster… D’ailleurs, le prestataire est défrayé. Il a commencé en tant qu’auto-entrepreneur et, se développant dans la communication numérique, vient de passer en société. C’est un partenariat gagnant-gagnant, selon le maire: « A l’année, le coût global du site revient environ à 1200 euros. Ce n’est pas plus cher qu’un flash info et c’est accessible en permanence et à jour. Et cela apporte un volume d’affaires à un entrepreneur de la commune » dit Bruno Bethenod. Une solution éthique et économique pour les mairies rurales 3.0!

Emmanuel Coulombeix

(source: campagnol.fr et AMRF)

About the Author

E.C.
Journaliste dans un hebdomadaire agricole et rural en Bourgogne, Emmanuel Coulombeix est passé par de multiples rédactions du même type, depuis 1991, en Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de la Loire et Paris. Diplômé de l'IPJ Paris et du CFPJ, il a exercé ses talents dans différents types de presse et de supports.

1 Comment on "Mairies rurales: l’internet communal 3.0"

  1. Bravo au ruraliscope et bon début dans ce beau projet

Leave a comment

Your email address will not be published.


*