Chars (95): Deux Parisiens inventent le covoiturage rural

Capture d’écran 2016-04-06 à 10.18.31

Chars, commune de 2000 âmes à une vingtaine de kilomètres de Pontoise (95), est la première commune de France et même d’Europe équipée d’une station de covoiturage. Depuis le début de l’année, deux trentenaires parisiens y ont installé une borne (et un panneau lumineux visible de la route) où les habitants peuvent s’inscrire (ainsi que sur internet) et demander un trajet en covoiturage. Près de 300 « conducteurs » se sont déjà fait connaître comme chauffeurs éventuels sur le site covoitici.fr. Cette initiative est dûe à Thomas Matagne et Arnaud Bouffard, deux jeunes Parisiens qui ont créé la société Ecov. La station de Chars a été inaugurée en grandes pompes, le 18 mars dernier, en présence de la maire de la commune et d’Arnaud Bazin, président du Conseil départemental du Val d’Oise, partenaire avec le Conseil régional du dispositif.

Une fois inscrit, le passager indique sa destination avant de voir le prix que le trajet lui coûtera et le temps d’attente estimé. S’il accepte et valide le tout, la borne imprime un ticket et affiche la destination sur le panneau. Les chauffeurs, en ligne sur internet ou ayant vu le message de la route, peuvent alors s’arrêter. Le passager lui remet alors le ticket qui servira ensuite à l’automobiliste pour se faire payer, sous 14 jours. Le trajet commun peut alors commencer… « L’avantage, c’est le faible coût du système: 12 centimes d’euros par kilomètre parcouru et un abonnement de 1,99 euros par mois, seulement si le service est utilisé » indique Thomas Matagne.

La formule remporte déjà un grand succès! « Le point fort du système est qu’il est accessible à tous, quels que soient les profils, avec une interface la plus simple possible, pour permettre aux personnes âgées, peu habituées aux applications smartphones, de l’utiliser » précise le cofondateur d’ECOV. Surtout, « l’ingéniosité du système ajoutée au caractère rural du territoire du Vexin, permettent d’assurer un complément de service que les transports en commun, seuls, n’auraient jamais pu supporter sans un coût exorbitant » a expliqué Arnaud Bazin lors de l’inauguration. « L’isolement lié à la difficulté de se mouvoir étaient au coeur de toutes les préoccupations des habitants du secteur » a souligné Michel Guiard, le président de la Communauté de communes Vexin Centre, tandis que le dispositif a « spécialement été conçu pour la ruralité » selon Marc Giroud, président du Parc naturel régional du Vexin. Et Mme le maire de Chars, Danièle Roux, se félicite aussi de cette initiative, non seulement parce qu’elle rend un service supplémentaire de mobilité à ses administrés mais aussi parce que le dispositif n’a pas coûté un euro à la municipalité…

Du coup, les deux jeunes entrepreneurs envisagent de créer une deuxième station de covoiturage dans le Val d’Oise, à 15 km de là, à Magny-en-Vexin. Trois autres sont déjà ouvertes dans les Yvelines, à Meulan-Hardricourt, Vaux-sur-Seine et Oinville-sur-Montcien… Si ces premières stations de covoiturage « rural » sont prometteuses, à proximité de la Région parisienne, le projet pourrait intéresser d’autres communes rurales partout en France, tant la mobilité et les transports figurent parmi les premières revendications des habitants des campagnes. Avec ECOV, Blablacar n’a plus qu’à bien se tenir…

E.C. (source: Joseph Canu / www.gazettevaldoise.fr et www.covoitici.fr)

 

About the Author

E.C.
Journaliste dans un hebdomadaire agricole et rural en Bourgogne, Emmanuel Coulombeix est passé par de multiples rédactions du même type, depuis 1991, en Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de la Loire et Paris. Diplômé de l'IPJ Paris et du CFPJ, il a exercé ses talents dans différents types de presse et de supports.

Be the first to comment on "Chars (95): Deux Parisiens inventent le covoiturage rural"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*